Le Prochain RDV
TPMP NEWS

TPMP : Gilles Verdez salue la décision du CSA dans l’affaire Matthieu Delormeau

C’est assez rare pour être souligné, Gilles Verdez a un coup de cœur. Contre toute attente, le chroniqueur a tenu à saluer le CSA. Alors qu’ils viennent de classer sans suite l’affaire Matthieu Delormeau et une autre séquence concernant une jeune femme voilée, le journaliste a rendu hommage à la décision de l’institution. Non Stop Hanouna vous en dit plus.

Ce vendredi 16 juin, "Touche pas à mon poste" était présenté par Julien Courbet. L’animateur d’"Abus de Confiance" remplacera Cyril Hanouna jusqu’au 29 juillet pour un rendez-vous estival intitulé La télé même l’été. En chef de bande, Julien Courbet a laissé la parole à Gilles Verdez dans la rubrique des coups de cœur et des coups de gueule. Pour une fois, le journaliste sportif s’est distingué par un coup de cœur. Gilles Verdez a tenu à saluer le Comité Supérieur de l'Audiovisuel (CSA). "Je les ai suffisamment critiqués pour reconnaître leur justesse dans deux affaires qui viennent d’être classées et qui concernait 'Touche pas à mon poste'", commence à expliquer l’homme en plateau.

"Il faut reconnaître quand ils prennent une bonne décision"

"La première, c’était une plainte d’un téléspectateur contre le fait que nous ayons tiré au sort dans le public une jeune femme voilée qui était venue participer à un jeu. Le CSA a classé l’affaire sans suite. Encore heureux, mais il faut reconnaître quand ils prennent une bonne décision", admet l’homme aux plus grands coups de gueule du petit écran. Pour une fois, l’institution trouve grâce aux yeux exigeants du chroniqueur.

Gilles Verdez revient aussi sur l’autre affaire classée sans suite par le CSA ce vendredi 16 juin concernant Matthieu Delormeau : "Deuxième affaire, c’était la séquence où Matthieu Delormeau avait fait une blague, une mauvaise blague, en faisant croire qu’il avait fait voir un film érotique à son neveu." Quant au pourquoi de cette relaxe, c’est Julien Courbet qui l’explique : "Quand c’est en direct, le CSA comprend qu’il puisse se passer des choses. Mais en direct, on se doit, c’est la responsabilité de l’animateur, c’est votre responsabilité de tout de suite amener des arguments contraires en disant à la personne : “tu ne peux pas dire ça”. C’est ce qui s’est passé exactement sur le plateau."

Gilles Verdez salue la décision du CSA de classer sans suite l'affaire Matthieu Delormeau
Ajouter un commentaire
Inscription
Rencontre un chroniqueur,<br/>Organise une surprise,<br/>Lance un défi à l'équipe !
Rencontre un chroniqueur,
Organise une surprise,
Lance un défi à l'équipe !
Je m'inscris
Sondage
Partager